"Milla est une très belle jeune fille talentueuse. Elle est graphiste et danseuse à ses heures perdues. La danse, elle qui l'aimait tant, elle a abandonné l'idée d'en faire sa profession très tôt. Elle n'y croyait pas, elle se jugeait pas assez mince, pas assez gracieuse, pas assez ci, trop ça ... Et puis surtout combien réussissaient dans ce métier ? Non, ce n'était pas sage pour une fille comme elle. Pas sage de croire en ses rêves. Alors, Milla a suivi des études que tout le monde lui conseillait, c'était pas ce qui la faisait vibrer mais après tout c'était sans doute la meilleure chose à faire. Pas très heureuse aujourd'hui, dans son bureau, mais elle avait au moins réussi ça : décrocher un bon job comme on dit. Elle laisse son regard suspendu vers l'horizon, derrière les vitres de la petite fenêtre qui éclaire légèrement la pièce. Elle a un rythme pas très rigolo, Milla, mais elle n'y prête pas vraiment attention, c'est pas comme si elle avait le choix. Les belles histoires ne sont que dans les beaux bouquins..Jusqu'au jour où elle en ouvrit un et découvrit le pouvoir de ses pensées, jusqu'à chambouler toute sa vie à en devenir heureuse."

Depuis combien de temps n'avez-vous pas réellement pris un instant pour vous ? Réellement, je veux dire. Vous vous sentez peut-être morose, pris(e) dans un tourbillon de vie où le temps file sans avoir justement le temps.

A travers cet article, je vous propose de souffler un instant et de revenir sur l'essentiel : Vous. Qui êtes-vous ? Et ensuite, que voulez-vous être?

Nous vivons dans une société où nous sommes conditionnés à produire, plus et encore plus. A consommer, encore et encore plus. A courir pour être à l'heure, et finir par être en retard. Et dans tout ça, comment votre cerveau raisonne t-il ? Et comment agit-il sur vous ?

1. Un cerveau mal conditionné

Cerveau chaos

D'un point d'un vue psychologique on parle de "conditionnement".  

Il existe deux types de conditionnement : classique et opérant. Tous deux nous formatent à réagir d'une certaine façon suite à une procédure d'apprentissage. Dans le conditionnement opérant, il s'agit d'un apprentissage de type "essais erreurs", le sujet apprend en faisant ses propres choix : si un comportement est renforcé, la probabilité de le voir réapparaitre augmente, et inversement, si le comportement n'apporte aucun bénéfice il va tendre à disparaitre. Les réactions et réponses de l'individu sont donc adaptées à son environnement et reste naturelles.

Mais alors qu'est-ce que le conditionnement classique ? Il est le résultat d'un apprentissage provoqué par un stimulus "artificiel". Pour faire simple, c'est une réponse que vous ne générez pas naturellement, en ce sens où on vous l'a induite. Le sujet n'est pas libre de faire ses propres choix et subit son environnement.

Le problème avec ce mode de conditionnement c'est que nous ne sommes pas conditionnés de façon naturelle et ainsi nos réponses ne sont pas adaptées.

Si l'on fait un bref retour historique en prenant l'exemple du chien de Pavlov et le son de la clochette. A l'écoute d'un son, naturellement l'animal répondra par un comportement type : oreilles dressées et oriente la tête en direction du son. En pratiquant un conditionnement dit classique, on va associer le son à un morceau de viande et à force, l'animal salivera juste à l'écoute du son. Sans même plus voir la nourriture. On constate bien que ce comportement n'est pas naturel et que la réponse est encore moins adaptée.

A notre échelle humaine, il en est totalement de même. Nous sommes conditionnés par une société qui nous apprend à réagir de façon inadaptée et pas naturelle. On arrive à penser qu'on sera heureux que si nous sommes riches. Que l'on sera plus fort si l'on endure des choses pas simples. On finit par croire que ce qui tient notre bonheur en main est à l'extérieur, jusqu'à même laisser toute la société nous dicter nos modes de conduites. 

Il est de plus en plus question de se sentir mieux, vivre mieux ... C'est à l'ordre du jour, est d'autant plus, en cette période anxiogène que nous devons tous traverser. On a souvent tendance, à tord, de porter toute notre attention sur le monde extérieur et de lui rejeter la cause de notre mal-être. Ou d'ailleurs de notre bien-être : et c'est en ça qu'il peut nous empoisonner la vie ou nous rendre addictif à toujours plus, pour avoir cette sensation de bonheur inaccessible et insatiable.

Alors qu'un immense trésor se cache en chacun d'entre vous !

2. Mais reconditionnable 

Bouton Reset

Votre bonheur vient de vous, de votre état intérieur et votre façon de penser.

Etre heureux dépend d'abord de notre façon de voir les choses et de penser. Comment arriver à avoir des pensées positives ? Il est temps de déconditionner votre cerveau ou plutôt de le (re)conditionner, à condition que ce soit bien pensé! Le pouvoir de vos pensées est bien plus grand que vous pouvez le soupçonner : il dirige votre façon de voir le monde et plus encore, de vivre. Croyez fortement que la journée va être affreuse, et il sera fort probable que vous rentriez le soir, lessivé(e) avec un constat déplorable de votre journée. Nos peurs inconscientes et automatiques sont le reflet d'un mauvais conditionnement, nous amenant, à tord, à penser toujours négatif.

Vos pensées ont un réel impact sur les évènements que vous vivez !

3. D'accord, mais comment?

Help

Comment sortir de ce schéma de pensées ? Et surtout comment arriver à penser positivement ?

En focalisant sur le positif ! Plutôt que de voir tout ce qui ne va pas, essayez de vous concentrer sur tout ce qui va. On commence par des petites choses simples du quotidien. On va vite se rendre compte qu'il y a un bon nombre de choses qui sont agréables et pourtant on n'y prête pas attention. Soyez dans la gratitude de ce qui vous arrive de bien, plutôt que dans la dénonciation permanente de ce qu'il ne va pas.

Plus vous aurez tendance à prendre en compte tout ce qui vous fait du bien, et plus vous aurez du bien qui vous sera procuré. L'idée ici est de rééduquer votre cerveau à prendre un nouveau schéma de pensées : positives! Au début, il faut le provoquer pour qu'à force ça devienne naturel et instinctif.

Il existe aussi la visualisation positive ! Vous savez que votre cerveau ne fait nullement la différence entre une expérience qu'il s'est réellement passée et celle que vous imaginez. Alors, lorsque vous appréhendez une situation, au lieu de partir dans le scénario catastrophe, concentrez-vous et visualiser un scénario parfait. Prenons l'exemple d'un pilote de la patrouille de France qui visualise sa trajectoire de façon impeccable, ses figures acrobatiques parfaites, les loopings, le timing... Mais il faut qu'il s'imagine aussi se sentir bien et à l'aise dans sa cabine, il entend le bruit du moteur de son avion, il ressent les sensations des décélérations. Et bien sûr il se voit très bien atterrir, ovationné par ses spectateurs. 

Pour être vraiment efficace, la visualisation doit toujours être précise et accompagnée des émotions liées, impliquant vos sens. Le but est de duper votre cerveau en lui faisant croire que l'expérience à déjà été vécue. Et le jour J, il cherchera à revivre la même chose et pour cela il se raccrochera à cette expérience imaginée, aux sensations et aux émotions qui y sont liées. Il est donc aisé de comprendre qu'entre un cerveau qui s'appuie sur une visualisation positive et dymamisante et un, au contraire, qui est envahi par une anxiété négative et bloquante : les chances de réussite ne seront pas les mêmes. Il s'agit là de bien se conditionner et de se mettre dans un bon mode de pensées amenant à la réussite.

Si l'on transpose maintenant avec notre quotidien, cela fonctionne très bien. Il suffit de visualiser des situations que l'on appréhende, en les rendant à notre avantage.

C'est un entrainement qui demande de l'application et de la sincérité. En pratiquant cette façon de penser vous pourrez constater les bienfaits que ça procure sur notre moral et notre vie!

Il existe un tas de petits exercices simples pour démarrer. J'en ai mis 3 de côté, pour vous, que je vous présente dans une des vidéos du site en accès gratuit (lien vidéo ci-dessous).

N'oubliez pas que votre bonheur ronronne en vous !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies.